lundi 29 juin 2015

Fin de stage et début du rêve

Bonjour à tous !

Je sais que je n'ai pas tenue ma promesse de vous faire vivre mon stage au jour le jour, vous aurais-je oubliés? et bien non, c'est juste que je n'en ai tout simplement pas eu le temps.

Pendant mon stage, un poste stable s'étant débloqué pour moi sur Paris, il m'a fallut tout gérer en même temps. Mais passons, ce qui vous intéresse ce sont les moments fort de mon stage. Avec mes précédents billets vous avez pu voir à peu près le quotidien et le déroulé d'une journée en volerie (je n'ai pas inclus les spectacles pour plus de clarté.)

Il y a plusieurs choses qui ont été des expériences sympa pour moi, notamment un mercredi matin ou j'ai réalisé mes premiers jets pour rapaces. A partir d'une pièce de cuir, j'ai du dessiner, découper et mettre en forme un "jet boule" et un jet traditionnel. Cela semblait simple quand on me l'a expliqué, mais le tracé du jet est assez compliqué à réussir, pour vous faire une idée voilà le patron que m'a donné un fauconnier expérimenté dans le domaine :

Et voilà mes créations (bon c'est pas vraiment ça, mais pour un coup d'essais...) :

en rouge vous avez le jet traditionnel et en marron le "jet boule".

Autre temps fort pendant mon stage : m'occuper des bébés. En effet, pour beaucoup d'entre eux j'étais déjà présente lors de leur arrivé et j'ai pu voir leur évolution sur quasiment un mois, et ça grandit à vitesse grand V ces petites choses. Je vous laisse juge :

Les Buses de Harris



L'Aigle bleu du Chili



Les Chouettes Effraies




Prendre soin de ces petits, même sur une si courte période à été vraiment une grande source de joie et de fierté. M'assurer de leur bien être et les nourrir, sont autant de moments privilégiés que j'ai pu partager avec eux, surtout lorsque j'ai pu nettoyer seule la nurserie, ce qui est un boulot considérable, mais ils le valaient bien ! Lol

De façon plus ponctuelle, j'ai aussi eu la chance de pouvoir faire gagner du temps aux fauconniers pendants les spectacles en ramenant des oiseaux en volières, en amenant des accessoires ou des costumes, bref en aidant du mieux que je pouvais.
Mais le point d'orgue de ce stage fut quand même le plaisir inouïe des cours de vol. Apprendre avec un fauconnier qualifié et arriver enfin à envoyer son oiseau à l'endroit ou on l'a décidé, comme dirais l'autre : ça n'a pas de prix ! 
J'ai fait voler trois sortes d'oiseaux durant mon stage : des Buses de Harris, des Chouettes Effraies et un Pygargue à tête blanche ( aussi appelé Aigle pécheur américain), et il en ressort que chacun à un caractère propre avec lequel il faut composer, sans compter les différences spécifiques à chaque espèce.

Pour en finir, ces 6 semaines ont été comme une confirmation, j'aime cette vie et ces rapaces et je compte bien continuer dans cette voie. Je ne pourrais jamais assez remercier Philippe Hertel et son équipe de m'avoir si bien accueillit et d'avoir pris le temps de m'apprendre. C'est donc sur la promesse que je n'en resterais pas là que je vous laisse, mais en bonus je vous met quelque photos de mon dernier cours de vol. A très, très bientôt.










2 commentaires:

  1. Ayant eu la chance de réaliser un stage aux volières du zoo de Lille, je comprends l'émotion qu'on devine au travers des lignes ! De bien beaux moments, de biens beaux mots, de biens belles photos !

    Bravo ! :)

    Enrico

    RépondreSupprimer
  2. Merci Enrico, ça me fait plaisir que tu ai ressenti les émotions que j'essaie de faire passer dans mes billets, ça prouve que j'y ai réussi.
    En plus, je suis super contente de te compter parmis mes lecteurs.

    Merci! 😉

    RépondreSupprimer